Botox songs


Les médications orales, la rééducation, l’appareillage, les dénervations chimiques par toxine botulique, alcool ou phénol, la neurochirurgie fonctionnelle (neurotomie, pompe à Baclofène et DREZotomie) et la chirurgie orthopédique (allongements et transferts tendineux) sont des traitements reconnus de la spasticité.Cet article est issu de la revue en ligne JIM La prise en charge interdisciplinaire du traitement de la spasticité de l’adulte 1. Fréquemment, elle se complique de rétraction musculo-tendineuse, aggrave le déficit fonctionnel initial, induit des difficultés pour le nursing et est source de douleurs.Par définition, la diversité de ces traitements nécessite la collaboration de diverses spécialités.Une multitude de traitements possibles Les traitements de la spasticité, articulés autour de la rééducation, sont classés en fonction de leur caractère réversible ou permanent et de leur action locale ou générale (Figure 1).Le traitement de la spasticité ne doit pas être un but en soi mais un moyen de réduire l’incapacité du patient et si possible son handicap.En fonction des plaintes, il convient de définir avec le patient des objectifs réalistes, réalisables et précis.En cas de spasticité généralisée, on utilise principalement des traitements réversibles comme les médications orales ou la pompe à baclofène.

Les traitements irréversibles comme la rhizotomie (chez l’enfant IMC) et la DREZotomie (pour Dorsal Root Entry Zone) pour la spasticité douloureuse du membre supérieur sont plus rarement proposés.Un article sur la prise en charge de la spasticité qui fait le point sur les différentes approches en soulignant l’importance de l’interdisciplinarité. Neurologie, CHU de Mont-Godinne, UCL, Yvoir La spasticité est une hypertonie musculaire secondaire à une lésion du système nerveux central.La spasticité est habituellement définie comme une hypertonie musculaire vitessedépendante (qui augmente avec la vitesse d’étirement passif du muscle) résultant d’une hyperexcitabilité du réflexe d’étirement (1).En effet, l’expression clinique de la spasticité varie en fonction de l’affection neurologique: des spasmes en flexion chez le paraplégique, un pied équin avec clonus chez l’hémiplégique et un tonus basal constant chez le traumatisé crânien.Il peut s’agir de difficultés à la marche (lenteur ou instabilité de cheville) ou pour la préhension (difficulté à prendre mais aussi à relâcher les objets), de difficultés pour l’habillage en cas de bras spastique, de douleurs liées à des appuis pathologiques ou plus directement à la contraction musculaire, de chutes de la chaise roulante en raison de spasmes chez le patient paraplégique, voire de déformations inesthétiques telles que le flexum de coude.


© 2016 tioductte.top - Botox songs